Vous êtes ici : Accueil > Euphoria > Publications > Revue de presse

Revue de presse

Côté cœur : coup de pouce à l’association Euphoria

Article publié dans le jour­nal LES ÉCHOS (BNP-Paribas Suisse), Genève, n° 8, août 2008

David Nieto, vice-pré­sident d’Euphoria / DR

Qui

David Nieto, co-fon­da­teur de l’as­so­cia­tion Euphoria avec Christian Guyot, est col­la­bo­ra­teur au Business Project Management BP - Support Front de la banque BNP-Paribas Suisse.

Quand : la genèse de l’association

Lorsque David Nieto fait la connais­sance de Christian Guyot, en 2000, ils se recon­naissent d’emblée une moti­va­tion com­mune à aider autrui et décèlent leur com­plé­men­ta­ri­té évi­dente. Après quatre années d’é­changes et de recherches au cours des­quelles Christian Guyot lui a notam­ment fait décou­vrir la psy­cho­lo­gie de la moti­va­tion, ils décident de s’as­so­cier pour mettre leurs démarches res­pec­tives en com­mun et pra­ti­quer la rela­tion d’aide de manière asso­cia­tive. C’est en 2004 qu’ils créent l’as­so­cia­tion Euphoria, dont la devise est « Ensemble ».

Pourquoi ?

Lors de leurs inter­ven­tions, tous deux ont très vite remar­qué que les per­sonnes bles­sées par la vie, malades ou âgées sont socia­le­ment exclues, ici même en Suisse. Certaines sont péna­li­sées, notam­ment par des effets de seuil, au point que même l’aide sociale leur est inac­ces­sible. Euphoria comble la brèche en pre­nant en charge les cas non pré­vus par la légis­la­tion. Le tra­vail social est une des com­po­santes de la voca­tion de l’as­so­cia­tion, mais n’est pas la plus essen­tielle aux yeux de ses fon­da­teurs. Euphoria veut en effet per­mettre à cha­cun de retrou­ver la maî­trise de sa propre vie.

But

Euphoria œuvre pour res­tau­rer l’es­time de soi, la confiance et les qua­li­tés des per­sonnes en dif­fi­cul­té, malades ou âgées afin de les rame­ner à l’au­to­no­mie. Elle lutte contre l’i­so­le­ment en favo­ri­sant la soli­da­ri­té, le par­tage et l’en­traide. Grâce à son action auprès des per­sonnes malades, Euphoria est d’ailleurs depuis peu membre de la Société Suisse de Psychiatrie Sociale.

Le tra­vail d’Euphoria s’ar­ti­cule autour de trois axes :

  • un accom­pa­gne­ment et une aide à la vie quo­ti­dienne (pré­sence, repas gratuits) ;
  • un appui édu­ca­tif et péda­go­gique (soi­rées de rencontre) ;
  • un sou­tien rela­tion­nel et psy­cho­lo­gique, pro­po­sé par une psy­cho­logue FSP.
Un coup de pouce pour…

En dépit de cette recon­nais­sance, l’exis­tence d’Euphoria est mena­cée, faute de res­sources pour assu­rer son fonc­tion­ne­ment à moyen et long terme. Elle a besoin de réunir rapi­de­ment des fonds afin de pour­suivre ses acti­vi­tés et tenir ses enga­ge­ments. Mais pas seule­ment… Euphoria recherche éga­le­ment des béné­voles prêts à s’en­ga­ger quelques heures par semaine pour venir en aide aux per­sonnes qui en ont besoin à Genève.

Que ceux qui seraient ten­tés par cette aven­ture humaine et sou­haitent s’en­ga­ger en fonc­tion de leurs moyens n’hé­sitent pas… Qu’ils fassent signe.

Pour sou­te­nir l’as­so­cia­tion : www.association-euphoria.org.

Tous droits réser­vés, Les Échos (BNP-Paribas Suisse), août 2008

En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer