Vous êtes ici : Accueil > Éducation et formation > Soirées de rencontre

Soirées de rencontre

Sauf indication particulière sur cette page, consultez notre Agenda pour connaître les dates des prochaines soirées de rencontre. N’hésitez pas à nous contacter pour toute question.

Présentation

Les soirées de rencontre proposées par l’association Euphoria constituent l’un de ses fondements, à la croisée des prestations sociales et des prestations d’éducation et de formation. Dès l’origine, nos bénéficiaires ont exprimé le désir de surmonter leur solitude, de faire de nouvelles rencontres dans un lieu propice et adapté privilégiant les échanges, et de pouvoir y parler de toutes les questions leur tenant à cœur : le lien social, la maladie, la précarité…

C’est ainsi devenu un moment-clé de relation, de partage et de parole. Depuis 2005, quasiment tous les thèmes ont été abordés, des problèmes de couple à la fin de vie, du suicide des jeunes à la perte d’emploi, de la violence au travail aux violences familiales, des réseaux sociaux à l’écologie, la protection de l’environnement ou la biodiversité.

Comme toutes les prestations d’Euphoria, ces soirées sont ouvertes à toutes et à tous, et bien évidement gratuites. Le nombre de places étant restreint, une réservation préalable sera néanmoins appréciée.

Si vous souhaitez proposer un sujet et y participer, faites-le nous savoir afin que nous puissions organiser les prochaines et lancer les invitations.

Des locaux plus adaptés… une idée, une suggestion ?

Considérant le nombre croissant de participants jusqu’à l’an passé, nous cherchons des locaux plus adaptés que ceux de l’association devenus souvent trop petits. De même, si vous connaissez un endroit sympathique, facile d’accès, peu bruyant, où il sera possible de consommer ou d’organiser une collation et, parfois, de projeter un film, envoyez-nous vos suggestions.

Actualité

Prochaines soirées
La mort du travailleur

Date et lieu : 16 août 2019, 19 heures, lieu à préciser (nous contacter pour plus d’informations)

Ce documentaire fut le premier à nous donner l’idée, en 2005, de créer une vidéothèque et d’aborder ces thèmes sociaux lors de nos soirées de rencontre. Les années ont passé mais pour ce qui est des conditions de travail, du rapport entre travail et souffrance, entre souffrance humaine, maladie et environnement, rien n’a changé. À l’occasion de notre 15ème anniversaire, soirée spéciale avec projection du film et réflexion commune.

La philosophie est-elle un produit de consommation comme les autres ? Que nous apporte-t-elle aujourd’hui ?

Date et lieu : 30 août 2019, 19 heures, lieu à préciser (nous contacter pour plus d’informations)

Deux questions soulevées par le philosophe Raphaël Enthoven dans son dernier ouvrage, Nouvelles morales provisoires (Éditions L’Observatoire, janvier 2019) nous semblent particulièrement actuelles. Son questionnement nous interpelle. Pourquoi est-il dangereux de croire que tous les gens qui nous ressemblent pensent comme nous ? Peut-on pratiquer la censure au nom de la tolérance ? Nous vous invitons à une réflexion sur ces thèmes à l’occasion de deux soirées de rencontre, l’une consacrée à ce que peut nous apporter la philosophie aujourd’hui, l’autre à toutes les formes de limites et de frontières : censure, autocensure, éthique, morale, plafonds de verre et murs physiques…

Barrières visibles et invisibles, murs et frontières

Date et lieu : 13 septembre 2019, 19 heures, lieu à préciser (nous contacter pour plus d’informations)

Nous faisons, de février à mai 2019, la promotion de l’exposition « Frontières en tous genres » qui se tient à Genève. Dans un monde prétendument ouvert, il n’aura jamais été autant questions de barrières, plafonds, murs et frontières. De Berlin à Israël, entre américains et mexicains, entre hommes et femmes, gilets jaunes et costumes-cravates… Vous êtes-vous trouvés un jour confrontés à ces obstacles (inégalité des sexes, discriminations liées à l’âge, à la nationalité…) ? Faites-nous part de votre expérience, partageons-là. Dans le prolongement de l’exposition « Frontières en tous genres » et de notre soirée de rencontre du 30 août, nous vous invitons à poursuivre la réflexion sur toutes les formes de limites et de frontières, ce qui rapproche et ce qui sépare.

La question de la biodiversité… la biodiversité en question

Date et lieu : 27 septembre 2019, 19 heures, lieu à préciser (nous contacter pour plus d’informations)

Entre 2005 et 2010, nous avons consacré de nombreuses soirées de rencontre à la question de la biodiversité, et les atteintes à la nature — au titre desquelles la souffrance animale — constituent un axe essentiel de notre vidéothèque à destination des générations futures qui, peut-être, ne verront plus de leur vivant certains de ces animaux que leurs parents auront néanmoins connus. Nombre de personnes ont préféré ne plus assister à nos réunions tant ce sujet leur semblait éloigné de leurs propres préoccupations quotidiennes ; d’autres ont déploré l’aspect « négatif », démoralisant, du triste constat de la réalité, et du sentiment d’impuissance qui s’en dégage. Malgré cela, il est crucial de continuer à porter témoignage. À l’occasion de la publication de l’ouvrage d’Allain Bougrain-Dubourg, Lettres des animaux à ceux qui les prennent pour des bêtes (Éditions Les Echappés, janvier 2018) et surtout du récent rapport de l’IPBES, plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques de l’ONU, annonçant une disparition massive et qui a fait grand bruit, nous pensons à nouveau la question d’actualité.

Grève des femmes… Pour ou contre ? Une question de droit plus large que l’égalité

Date et lieu : 11 octobre 2019, 19 heures, lieu à préciser (nous contacter pour plus d’informations)

Le 14 juin 2019 était annoncée une grève internationale des femmes. 48 ans après le droit de vote accordé aux femmes en Suisse, 37 ans après l’article constitutionnel sur l’égalité entre hommes et femmes, 22 ans après la Loi sur l’égalité, quel est l’état des lieux ? Tandis que le droit de grève est reconnu en Suisse par l’article 28 de la Constitution fédérale et que le droit européen et international (conventions de l’OIT) s’applique également en Suisse, nombre de femmes auront toutefois renoncé à participer à l’événement du 14 juin par crainte de licenciement. Mi-mai, l’OIT dénonçait précisément la Suisse parmi 40 pays (dont en Europe seuls la Grèce et le Bélarus sont eux aussi mis en cause) pour le non-respect des obligations internationales et une protection insuffisante des travailleurs actifs dans les syndicats contre le licenciement. Deux questions, intimement liées : qu’il s’agisse des droits sur l’égalité ou des droits sur la protection des travailleurs, pourquoi la Suisse, modèle s’il en est, ne respecte-t-elle pas la loi ?

Don et profit sont-ils compatibles ?

Date et lieu : 25 octobre 2019, 19 heures, lieu à préciser (nous contacter pour plus d’informations)

Désormais, chaque geste, chaque instant doivent rapporter quelque chose à titre individuel. Alors même que nous ne sommes pas sûrs de pouvoir fournir nos prestations en 2020 faute de dons et tandis que se prépare notre action annuelle Noël pour tous, une question se pose. Les notions de collectivité, d’intégration biologique, écologique et éthique, de don (altruisme, charité) sont-ils des concepts abstraits, des aberrations ?

La publicité est-elle indécente ?

Date et lieu : 8 novembre 2019, 19 heures, lieu à préciser (nous contacter pour plus d’informations)

Dernière soirée de 2019 avant la pause de fin d’année. Des publicités sur toutes les chaînes de télévision, à raison de 15 minutes par heure de diffusion en moyenne, sur toutes les radios, sur Internet… Cette même publicité qui conduit, inversement, à la disparition des journaux imprimés après s’en être détournée et permet un enrichissement indécent de certains youtubeurs se contentant de la relayer — pensons à Paul Horner et à son rôle dans l’élection de Donald Trump, ou à Ryan, ce jeune américain de 7 ans qui gagne ainsi 22 millions de dollars par an. Publicités récurrentes pour maigrir assénées en boucle à des personnes ne parvenant pas à manger à leur faim ; pour des crédits alors que ceux qui les regardent ne peuvent boucler leur mois ; pour des produits de beauté en plein milieu de témoignages sur Auschwitz ; pour des voitures, des vacances et des compagnies aériennes au moment où l’on parle d’extinction biologique massive ; pour des téléphones portables alors que le travail des enfants en Afrique pour l’extraction de métaux rares pose toujours problème. La liste est longue… y compris la violation de la sphère privée et le fait de vous filmer à votre insu… La publicité est-elle indécente, sinon obscène ? Est-elle à ce point nécessaire ? Quelles sont les alternatives ?

En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer